[Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Aller en bas

[Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Psychoz le Mar 24 Mai - 20:23

Lysandrin, personnage assez cynique, se trouve subir des "Coups de Gueules Chroniques" sur son monde, ici seront retranscrites ses pensées, ses convictions, ses sarcasmes, ses idées, ses opinions, ses humeurs; tout ce qui constitue son univers qu'il dénote de tout intérêt et de toutes qualités.

Spoiler:
[Explications Complémentaires] ~ Le Personnage de Lysandrin, bien sûr, incarne parfaitement les pensées de l'auteur, adolescent, jeune, aussi objectif qu'un juge corrompu, mais pourtant aussi réaliste et véridique que vous et moi.
La chronique n'a pas tout à fait de début ni de fin et est menée à la troisième personne du singulier. Aucun mot n'est particulièrement laissé au hasard, pas plus qu'un autre en tous cas.

Une Chronique Proposée par Psychoz, alias Rémi.




Dernière édition par Psychoz le Mer 25 Mai - 10:39, édité 2 fois

_________________
avatar
Psychoz
Admin

Messages : 113
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 23
Localisation : Dans les nuages

Voir le profil de l'utilisateur http://kokebi.jeunforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Jien le Mar 24 Mai - 20:40

Ça s'annonce énorme =)

_________________
Jièn@Grosdurfragile:/$ sudo rm -rf /*

Nooooooooooooooooooooooooooooooooooooooo
avatar
Jien
Admin

Messages : 90
Date d'inscription : 04/05/2010
Age : 23
Localisation : Somewhere in the Matrix...

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Une Note D'Oubli - I

Message par Psychoz le Mar 24 Mai - 21:08

Une voix quelconque, lointaine, muette, annonçait émotivement les nouvelles. Le jeune Lysandrin en fût très touché... "Tiens ! Un nouveau message !".
Il ne pût s'empêcher de le constater: il aurait mieux fait d'écouter la radio plutôt que de lire ces mots bien plus abrutissant encore que cette voix monocorde.
"Adieu, petit ange." ... ... ... "Les gens n'ont vraiment que ça à faire de se suicider, de nos jours, visiblement. Tant mieux, ça leur fait un passe-temps !" pensa-t-il, incrédule. Même si le silence qui s'ensuivit dans la journée fût une aberration aussi pure et dure que cette réalité qui lui échappe tellement plus que ses pensées toutes mieux alignées les unes que les autres, presque prêtes à faire la guerre à ces voix bourdonnantes, polluantes, plombantes, graves, pourvu qu'il ne fût seul à se complaire dans son petit coin de bataille, désert.

Comme il est entendu, le suicide est un moyen de faire culpabiliser son entourage. Selbstmord en Allemand, mais si translucide en Anglais, un peu comme ces vitres par lesquelles des petits asiatiques bedonnants se jettent par pelotons. Il faudrait presque les faire privatiser, ces fenêtres, ça rapporterait à l'état. - Tiens ! Un Chinois ! -... Qui plus est, un suicide, ça se finit en "cide", comme acide. Ça vous laisse une impression d'inachevé, à vous, le mec d'à côté, comme si vous aviez loupé votre épisode préféré sur la six au profit d'une robe blanche et de gardes rouges qui squattent un peu toutes les chaines de télévisions, parfois, quand ça leur chante, en prétextant: "Énième mariage royal, faites place !" à coup de trompettes et de tambours, dans une farandole noire de monde, noire comme les pensées de ce cher Lysandrin quant à son amie, qui finalement, a dépassé le stade de l'infirmerie et a décidé de jouer dans la cour des grands de chez Grands: L'hôpital Psychiatrique.
Et HOP ! Trois semaines ! Tralala l'ennui ! La vie est cruelle, vous ne trouvez pas ?

Du coup, ni une ni deux, Lysandrin a éteint son portable après avoir envoyé un escadron de petites enveloppes volantes et invisibles, façon d'jeun's, prendre de force la noirceur des actes de son amie démoniaque, qui avait tout prévu. Même une amie pour la dépanner en cas de pépins, même si elle est tombée sur une pêche plutôt qu'une pomme pendant que notre ami le jeune se prélassait devant son artillerie de stylos-billes car il avait l'exigence de ne guère apprécier les stylos-plumes, qui le passionnaient pourtant dix fois plus que les conditions de vie d'une personne actuellement prise en charge par des professionnels en blouse blanche, dans une bâtisse colorée, pleines de vieux parmi un jeune... La vie est cruelle, j'en suis sûr !

Le soir venu, presque un an plus tard, dans sa chambre étriquée, Lysandrin fût bien heureux de voir que l'histoire se répétait, pour son plus joyeux mécontentement, "Y avait un truc qui tournait carré, voire polygone." se disait-il tout bas, dans le brouhaha de son esprit rigolant. Il avait perdu de son je-m'en-foutisme au profit d'un zeste d'hypersensibilité et une larme lui coula le long de la joue. Il lui fallu une nuit complète pour l'essuyer. Le lendemain, le verdict tombait du ciel, par le biais des ondes néfastes qui permettent à un téléphone de déballer ce que des doigts d'attentions variables ont laissés passer dans l'air en appuyant sur "Envoyer": ÇA RECOMMENCE-EUH ! ... Oui, qui dit action dit réaction, non pas chimique, mais hormonale: BOMBARDEMENT ! Les mots tombaient des nues, des toits, de tous les orifices de cet organisme urbain qui se créait dans le ventre de l'imagination de notre penseur: "Fais pas ça... Tu vas le regretter... Fais pas de conneries, je t'aime". Bien sûr, cette pensée le martela assez fort pour faire en sorte qu'à son tour, son doigt martela sa fidèle machine qui ne quittait jamais la jolie poche de son jean. Le temps, passa, passa, passa, une heure, deux heures, trois heures, quatre heures, cinq, six, sept, huit et neuf et dix et ... réponse: "Je suis à l'hôpital mon chou... J'ai fait une connerie".
"Mais qui, qui, qui, qui, qui diable a le droit de faire ça ?!! A part les Japonais ?!" se répétait notre psychiatre improvisé dont la décadence mentale s'avérait juste un peu plus qu'annoncée. Ses pensées vaquaient, oscillaient, basculaient sans cesse et sans relâche. Il était attendri, comme un frère pourrait l'être envers sa sœur; et aigri comme un patron pourrait l'être envers son employé. Il condamnait tellement cet acte si compréhensible, si favorable au développement durable que la presse stigmatise quand elle n'a rien de mieux à faire. Il voulait l'embrasser, la serrer contre son cœur pas si chaud que ça puisque d'un autre côté, il voulait achever les souffrances de la pauvre bête.
Il lui vint même à l'esprit le générique de trente millions d'amis. C'est pour dire... Je crois qu'il n'y a pas de remède au cynisme: Se soigner tue ! Oui, il se trouve que son amie s'était tuée à la tâche. Peut-être un peu trop d'enthousiasme l'a fait un peu abuser sur la dose prescrite, jusqu'à ce qu'elle se retrouve devant quelques hommes étrangement stériles qui violèrent jusqu'à son malaise pour finalement la remettre debout à coup de ce dont elle s'était servie pour se tuer... Vive les plantes, vive la médecine ! La vie est cruelle, non ?



Edit: Premier Passage écrit à l'instant, sur le Bloc-Note. Quelques problèmes de pagination lors du post, m'enfin... J'aime bien... (Pourvu que qui-vous-voyez ne lise jamais ça !) x_x... J'attends vos commentaires, si possible, constructifs ! (Pour info: Je n'aurai jamais pris un évènement semblable de cette façon, mais c'est la façon dont, égoïstement, j'aurais préféré la prendre, pour mon bien, même si je suis bien incapable d'une inhumanité aussi notoire).
Dérision, quand tu nous tiens... What a Face ....... Mais non c'est pas immoral, rolala...


Dernière édition par Psychoz le Mer 25 Mai - 11:14, édité 5 fois

_________________
avatar
Psychoz
Admin

Messages : 113
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 23
Localisation : Dans les nuages

Voir le profil de l'utilisateur http://kokebi.jeunforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Archeo le Mar 24 Mai - 22:25

Ouah !
Le pavé à lire.. demain. Allez, c'est l'heure d'aller au dodo. Désolé.
avatar
Archeo
Actif mon pote !
Actif mon pote !

Messages : 113
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 33
Localisation : Quelque part, au milieu de nulle part.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par jøke le Mer 25 Mai - 16:01

énorme ton texte Rémi, c'est super bien écrit.
Je pense que la densité du texte est voulu et sa rend vraiment bien, continu comme sa !
avatar
jøke
Shy
Shy

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 49
Localisation : dans mon lit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Psychoz le Mer 25 Mai - 16:25

Oui c'est voulu ^^. Quelqu'un - à part Gaspard - a deviné pourquoi "Lysandrin" comme prénom ? Surprised

_________________
avatar
Psychoz
Admin

Messages : 113
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 23
Localisation : Dans les nuages

Voir le profil de l'utilisateur http://kokebi.jeunforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Une Note D'Oubli - II

Message par Psychoz le Jeu 26 Mai - 13:40

Le Petit Homme avait le souffle coupé devant ce spectacle littéralement pathétique auquel il participait, il avait l'impression de s'être dédoublé, un spectateur et un acteur. Il avait conscience de son importance pendant qu'il trainait avec sa propre impuissance dans les rues du désarroi, à l'étranger, dans une ville à la fois proche et lointaine. Il aurait dû le voir venir, pensait-il, sans pour autant se tourmenter. Il aurait même pu finir pour l'acceptation de l'euthanasie. Encore eut-il fallu qu'il s'y intéresse avec ses petits yeux vides et ses oreilles parasitées. Depuis des minutes et des minutes, il attendait avec éprouvement la voix salvatrice de son amie, définitivement suicidaire. Il ne souhaitait pas se lamenter, mais ne pouvait pas non plus s'en empêcher, pourquoi diable se sentait-il si concerné par ce qui arrivait à son amie ?! Sa tête ne pouvait s'empêcher de bourdonner, dans une brume épaisse de lettres insensibles, épineuses. Allongé sur le dos, dans son lit, son plafond avait un rictus sardonique qui le faisait frémir, et c'est alors qu'il se décida. Il alla à la salle de bain, se débarbouiller à l'eau froide. Même elle semblait avoir pitié de lui car elle donnait tout ce qu'elle pouvait pour être la plus glaciale possible. Et finalement, une larme déchira son visage. Il était gravement blessé, et, alors qu'il se retournait, une corde semblait se dérouler du plafond, une tête sans corps coincée en son noeud, le murmure sinistre d'un misérable allait résonner dans ses esgourdes; "Tu ne seras plus jamais seul", tant mieux, mais au fond... Tant pis. Il y aurait toujours un mort pour lui rappeler qu'on le regarde et le juge désormais. Une voix pour le lui brailler, une main pour mieux le cerner. Les semaines passèrent donc à peu près aussi vite qu'une journée de cours, avec ce fardeau à porter pour Lysandrin.

"Mais tu te rends pas compte ! Y a une chance sur deux de tomber sur un arnaqueur ivoirien sur le net, surtout avec des gens que tu connais depuis 2 ans au moins, comme ces trois filles que tu cotoies !" braillait sa mère, soit-disant calme. "Sa mère." pensait le jeune. Tout-à-fait, c'était sa mère, aussi paranoïaque que d'accoutumée. Il suffisait de faire le calcul, considérant qu'il y a moins d'un million de personnes dans le monde à pratiquer ce genre de gagne-pains, et que la langue internationale n'est pas le Français, le calcul est très vite fait et la théorie du psychopathe arnaqueur sur deux, aussi binaire soit-il, paraît alors bien étrangère... Lysandrin avait peur de perdre ses amies. Par rapport à l'année précédente, il avait une peur bien plus aigue que bleue qu'un jour, ses parents, dans une crise de délire existentiel empoignent ses amis comme des meubles avant de les massacrer sous ses globes oculaires, brillants. C'est un cauchemar comme un autre, qu'il fait plus ou moins chaque nuits. Il s'avérait sérieusement que les parents d'un gamin qui finit par trouver une source de bonheur dans sa vie n'ont qu'une hâte: la supprimer... Et dire que c'est censé vous vouloir du bien ces petites bébêtes, ça ne mange pas de pain, mais alors qu'est-ce que ça suce comme joie... L'hypothèse de ses parents était grotesque, mais la consigne était claire: Tu ne dois plus parler à la fille que tu aimes, tu ne dois plus parler à cette fille suicidaire, tu les laisses tomber, tu les abandonnes. Lysandrin ne souhaitait pas à ressembler à ses soit-disant "parents" qui, en fait, se sont débarrassés de lui il y a bien longtemps déjà, il ne comptait pas abandonner ces personnes, aussi fragiles ou différentes soient-elles. Malgré l'impuissance désespérée qu'il éprouvait, l'angoisse qui l'envahissait comme les stolons épineux de ces fraisiers si beaux et si tentants autour de ses jambes, sa mobilité s'en trouvait réduite, du moins physiquement, et soudainement, une idée, une envie, une pulsion, un sourire instable et niais, des yeux blancs lui vinrent plus qu'à l'esprit: au visage. Sa tête se déforma dans un rictus pharaonique, on aurait dit un psychopathe, non, c'était un psychopathe, ses os craquaient au fur et à mesure qu'il avançait et, dans un calme satanique et glaciale, les phalanges de ses doigts, si blancs encore, se posèrent sur son clavier et se mirent à vibrer et à bouger, les mots se tissaient sur la toile, il se tortillait sur son siège bleu marine, qui lui aussi, produisait un concert de craquements insoutenables, et dans ce requiem funèbre qui naissait de ces mains, il se sentit comme le Diable et écrit alors: "Une Note D'Oubli". Enfin, enfin, il allait finalement assouvir son cynisme et frapper droit dans le dos de ses parents. Eux aussi allait s'en mordre le doigts, "On ne s'en prend pas à MA famille !" se répétait Lysandrin, dans l'océan cadavérique de ses idées noires.

Cela ne représentait guère une solution à cette consigne si stupide qu'on lui avait donné. Mais il n'était pas un chien de l'armée, il avait seize ans, déjà. Ce n'était pas un "bon petit soldat" qui comptait gentiment se rendre à ses supérieurs pour assouvir leur sadisme inavoué. Il allait juste se tapir, se camoufler, se protéger de sa famille factice qui tente encore et toujours de le bouffer. Peut-être le jalousait-on ? Il n'était pas loin d'être intelligent et possédait des talents divers et variés, après tout... Peut-être aurait-ce pût être un de ces scenarii de science-fiction. Après tout, ses parents croyaient bien aux conneries sur-stigmatisées de la première chaîne du câble, pourquoi lui ne croirait-il pas en de la science-fiction, pour être de mauvaise foi... Ce dont il était bien incapable envers et contre tous.

Dans l'idéal, tout se finirait bien, c'est-à-dire, rien ne changerait à l'horizon, patience entre les crocs jusqu'à sa majorité. Enfin, l'idéal sociétal. En effet, Lysandrin s'invente d'autres plans, un peu plus fantasmagoriques, un peu plus magiques, un peu plus étranges, un peu plus machiavéliques, un peu plus comme lui: cynique et désespéré... En tous cas, il aurait de quoi combler la plainte éternelle de sa mère si ses fantasmes s'accomplissaient: peindre enfin les murs de la maison... Encore faudrait-il qu'elle soit là pour constater que le travail eût été fait en bonne et due forme, mais cela restera sans commentaires. La famille, ça peut avoir ses bons côtés, parfois, quand ça s'en donne la peine !

What a Face Au prochain arc, un tout autre coup de gueule, de forme différente aussi ! Qui dit cynisme dit instabilité, dit mobilité, dit adaptation, dit changement, donc se la ferme. What a Face



_________________
avatar
Psychoz
Admin

Messages : 113
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 23
Localisation : Dans les nuages

Voir le profil de l'utilisateur http://kokebi.jeunforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par jøke le Jeu 26 Mai - 22:10

J'ai du mal a suivre l’enchaînement. c'est juste des coup de gueules comme sa, ou tu veux faire une histoire qui s’enchaîne ?
La deuxième partie est moins dense, est je trouve plus agréable a lire, sans enlevé la force du coup de gueule
avatar
jøke
Shy
Shy

Messages : 36
Date d'inscription : 19/05/2011
Age : 49
Localisation : dans mon lit

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Psychoz le Jeu 26 Mai - 22:17

On retrouve une ellipse "un an plus tard", je sais plus exactement où What a Face ... Et effectivement, mes coups de gueules se composent d'un coup violent et d'un coup un peu plus blues - blasé, tout en restant un minimum cynique et j'ai voulu retranscrire ça. A la base, le personnage, c'est presque moi donc faut que y ait des points communs. Le spectacle pathétique désignant le rôle qu'il joue pour son amie qui est à l'hôpital puis en hôpital psychiatrique, puis vient la réaction des parents qui finissent par découvrir, ce qui ruine le personnage - vécu hier -, et lui fait pousser un nouveau coup de gueule.

Ces passage sont censés montrer comment Lysandrin réagit dans un premier temps face aux problèmes des autres, puis face aux siens. C'est un peu extrême car le but premier est de faire rire par le cynisme et l'ironie, ou le pathétique.

Enfin bref. Je vais expliquer le concept plus précisément. Une Note D'Oubli, ce sont des chroniques en arcs. Chaque arc est un coup de gueule différent et est composé de deux ou trois textes, environ. Il y a donc une mini-histoire par arcs et un coup de gueule à chaque arc.

_________________
avatar
Psychoz
Admin

Messages : 113
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 23
Localisation : Dans les nuages

Voir le profil de l'utilisateur http://kokebi.jeunforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Archeo le Dim 5 Juin - 22:25

Bon, je viens de lire le premier texte, et c'est franchement bien. Critique :
- C'est fort, par le thème très bien traité et par la façon dont il est développé.
- C'est fouillis, ce qui est avantageux dans le sens où cela reflète la pensée du personnage, mais parfois un peu trop ce qui peu entraîner des problèmes de compréhension, surtout si on est pas assez au courant de ce qui s'est passé.
... Je lirai la suite demain, je t'encourage à continuer ! En espérant que ça te fasse du bien et que tu t'arrêtes assez tôt pour cause de fin-de-sujet-à-traiter, c'est à dire d'amélioration et même de "réparation" de la situation actuelle...
avatar
Archeo
Actif mon pote !
Actif mon pote !

Messages : 113
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 33
Localisation : Quelque part, au milieu de nulle part.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Psychoz le Mer 8 Juin - 20:04

Le but c'est pas de retranscrire ce qui s'est passé. C'est juste d'être purement cynique xD. M'enfin je ferai attention... J'sens y aura bientôt du neuf, y a la dose de quoi être cynique en ce-moment.

_________________
avatar
Psychoz
Admin

Messages : 113
Date d'inscription : 01/05/2010
Age : 23
Localisation : Dans les nuages

Voir le profil de l'utilisateur http://kokebi.jeunforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Archeo le Sam 11 Juin - 12:02

C'est (malheureusement) vrai, avec tout ce qui t'arrive...
avatar
Archeo
Actif mon pote !
Actif mon pote !

Messages : 113
Date d'inscription : 02/05/2010
Age : 33
Localisation : Quelque part, au milieu de nulle part.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Chronique] ~ Une Note D'Oubli ; Psychoz

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum